Quetzalcoatls, kézako?

quezacoatl

Un jour de balade, j’ai pu croiser ce dragon veillant sur la Guillotière et le petit quartier chinois de Lyon. Le motif a commencé à m’intriguer quand j’ai rencontré ce même dragon au détour d’une rue de Caen. Quel est ce drôle de dragon qui veillent sur nos rues?

Petite enquête virtuelle, donc. J’y apprend que ces dragons répondent au nom étonnant de « Quetzalcoatls », traduction de « serpent à plume de quetzal » en langue Nahuatl (langue indigène parlée surtout au Mexique). Et ces dragons multicolores sont tous l’œuvre d’un même artiste: il s’agit d’Oré, graffeur français très inspiré par la culture précolombienne (d’où le choix d’un tel motif). S’il a laissé sa trace principalement en France avec ses collages de dragons (entre autres, Oré faisant également des fresques et des tags, voir ici la diversité de ses interventions) il a aussi semé ses quetzalcoatls à l’étranger, comme à Vancouver, Hambourg ou encore Mexico.

La grandeur du motif de quetzacoatls peut légèrement varier, qu’il s’agisse seulement de la tête ou du corps entier de la bête, comme c’est le cas dans notre exemple lyonnais. Mais la tête redoutable du serpent à plumes reste invariablement la même: voir ci-dessous quelques exemples d’interventions urbaines (opérées à Berlin, Strasbourg, Rouen et Lille).

Panorama dragons street art

Pour découvrir plus en détail l’œuvre d’Oré, je vous invite à parcourir son site officiel.

Sources

Interview d’Oré: Streetlove.fr

Article de présentation de quelques œuvres street art à Toulouse, parmi lesquelles figure Oré : frenchinparis

Présentation d’Oré et de ses Quetzalcóatls : Streetart Montpellier

(25 Posts)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *